OKTOBRE

 

 

© Jean-Paul

Un univers très esthétique par sa simplicité, une table trois chaises autour. Simple dans ses couleurs, rouge et noir et simple dans les faits, c’est comme ça.

On peut voir un spectacle de cirque avec les personnages extravagants dans un monde de fantaisie noire ou voir un regard cru sur les comportements humains.

En tous cas une charge émotive capable autant de toucher que de déstabiliser le spectateur.
Sous forme de tableaux en solos, duos et trios, nous dessinons un univers sans notion de temps, sans chronologie logique des faits, avec des personnages extrêmement durs et extrêmement tendres, profondément innocents et profondément coupables.

Ici en Oktobre, la fin justifie les moyens.
Tout devient de plus en plus incontrolable, il n’y a pas de règle dans le jeu...